La céramique

l’or blanc du Limousin

Le patrimoine du Limousin est riche en savoir-faire prestigieux comme l’émail, le verre, la tapisserie, le cuir… Mais, c’est sur la porcelaine et sur sa terre de prédilection, Limoges, que notre regard se pose. Si cet art du feu rime depuis toujours avec art de vivre, sa maestria en fait le pivot de sa créativité tous azimuts ! 

Ambassadrice de l’art de vivre à la Française

On ne devient pas terre de porcelaine sans détenir les ressources naturelles nécessaire à sa fabrication : eau, minéraux granitiques, kaolin, bois utilisé comme combustible à l’époque. Réputés pour leur blancheur, les kaolins du Limousin feront de Limoges la capitale de la porcelaine en France. C’est aux frères Grellet et Massié-Fournérat que l’on doit la première Manufacture de porcelaine limousine en 1771. Elle restera de 1784, date d'obtention officielle du titre de Manufacture royale, à 1794, une annexe de Sèvres. La porcelaine de Limoges connaît son âge d’or industriel et son expansion artistique au XIXème siècle sous l’impulsion de grandes fabriques pour la plupart familiales : Haviland, Guérin, Pouyat, Bernardaud, Tharaud, Alluaud… Positionnée comme la vaisselle des chefs d’états, rois, princes et ambassadeurs, elle reste et demeure le symbole du bel art de vivre français sur toutes les tables du monde entier. Cependant, elle s’est démocratisée au fil du temps avec une production plus épurée au design accessible. Quoi qu’il en soit, l’héritage est toujours présent et les grandes manufactures aussi (Bernardaud, Raynaud, Haviland, J.L. Coquet, Medard de Noblat…), faisant perdurer la tradition tout en l’éclairant d’un design inspiré. Elles sont largement relayées par une foultitude d’acteurs - artisans porcelainiers, créateurs des métiers d’art, designers, maisons d’édition, marques/distributeurs… (Esprit Porcelaine, Feeling’s, Sylvie Coquet, non sans raison, Habitat, Yann Fayaud, etc.) qui assurent l’excellence de sa filiation dans la modernité.

 

Poignée de porte Mérigous « Cristobal »

signée Alberto Pinto

La porcelaine de Limoges se distingue par ses techniques de pointe et son savoir-faire artisanal qui participent de concert à la longue et délicate chaîne de création. Ainsi, l’obtention d’une pièce de Limoges authentique peut nécessiter jusqu’à 30 manipulations. C’est l’étape finale de la décoration qui constitue l’élément essentiel de sa réputation d’excellence, faisant appel à une habileté manuelle souvent très longue à acquérir. Certaines entreprises sont aussi spécialisées dans la fabrication du « blanc » en porcelaine de Limoges dont Doralaine et les Porcelaines de la Fabrique. Ce blanc peut être par la suite décoré avec des chromolithographies, décalcomanies vitrifiables qui servent aux décors contemporains. La porcelaine fabriquée dans le département de la Haute-Vienne est marquée d'un tampon au vert de chrome « Limoges France » associé à des initiales ou symboles qui permettent d'identifier les différents fabricants.(Sources CRAFT et Comité Régional du Tourisme du Limousin)  

Assiettes Cypraea, assiette plate en porcelaine de Limoges dessinée par le Studio de Design Habitat et fabriquée à la main au sein d’une petite manufacture, à Limoges même. Chaque pièce est modelée à la main et comporte ses propres particularités, selon un savoir-faire éprouvé. Ses irrégularités et ses damiers matelassés sont sublimés par sa matière noble, la porcelaine de Limoges, qui représente l’excellence d’une vaisselle haut de gamme. 

Suspension « Ursule » d’Elise Gabriel – 2013 CRAFT.  © Victor André

Des Arts de la table au design

Si les arts de la table sont toujours concernés, la porcelaine de Limoges n’a de cesse d’innover pour conquérir de nouveaux territoires, comme c’est le cas pour l’architecture, le design et l’équipement de la maison (poignées d’ameublement, interrupteurs, sanitaire, etc.). Artistes et designers s’y illustrent avec brio, révolutionnant cet or blanc, pour des pièces d’exception à haute valeur ajoutée technique et créative.

Limoges reste partie prenante de la dynamique de ce patrimoine pour son développement. Le CRAFT (Centre de recherche sur les arts du feu et de la terre) a quant à lui pour mission de réinventer les différents champs de la création contemporaine en céramique. Cette association joue ainsi un rôle d’interface entre l’art (artistes, designers, architectes) et l’industrie céramique en vue de développer des projets et d’en assurer la mise en production. Elle détient par ailleurs une collection tout à fait atypique et emblématique de la création céramique contemporaine dont le regard n’est pas sans susciter l’étonnement (www.craft-limoges.org) !