À l'image du pays, qui cultive une relation privilégiée à la nature et aux saisons mais abrite aussi l'agglomération la plus peuplée au monde, le design japonais n'a rien d'une belle endormie. Il n'a cessé d'évoluer au gré de l'histoire et des échanges avec l'Occident, des influences culturelles réciproques de longue date et des (r)évolutions technologiques, tout en restant fidèle à ses racines. 

 

 

La philosophie

 

Car depuis l'avènement du mouvement artistique et philosophique Mingei (« artisanat populaire »), initié par le philosophe Soetsu Yanagi dans les années 1920 en réaction aux excès de la modernité, ce design repose sur des codes traditionnels sans cesse réinterprétés qui ont donné naissance à de nombreuses pièces iconiques. Citons le tabouret Butterfly, conçu par Sori Yanagi, dont les lignes pures s’inspirent de la nature et de la calligraphie, ou encore les lanternes en papier d’Isamu Noguchi, qui évoquent, entre autres, l’art de l’origami. 

 

 

La vocation du mouvement Mingei ? Redécouvrir et valoriser les fondamentaux de l'artisanat populaire asiatique — l'utilisation de matériaux naturels de qualité, l'authenticité, la simplicité et la sobriété — dans une approche contemporaine, pour révéler la qualité des objets d'usage quotidien et leur charge spirituelle. Un véritable art de vivre et un retour aux fondamentaux que résumait ainsi Sori Yanagi : « Quand un objet est utilisé manuellement, il doit être fabriqué manuellement*. »

Tendances 2015

Le Studio de design Habitat nous livre sa planche de tendances 2015... un regard contemporain sur des motifs ancestraux, des couleurs acidulées,  une curiosité : l'art du pliage et la poésie du Hanami  (l'observation de la floraison des cerisiers au Japon) qui accompagne l'arrivée du printemps. Et le bleu, couleur reine. La saison s'annonce poétique...  

Tabouret Butterfly, Sori Yanagi

Le Japon comme inspiration

Les motifs

 

Harmonie, épure, authenticité : comme pour les lignes, les couleurs dominantes du mobilier sont simples — du noir, du blanc et du bois naturel ou teinté. Les textiles, en revanche, expriment une formidable diversité de couleurs et de motifs qui ont traversé les siècles. Figuratifs ou stylisés, ils sont le plus souvent associés à la nature, élément central de la religion shintoïste et avec lequel l’archipel, pays de neige et de mer mais aussi hyper-urbanisé, entretient des relations paradoxales. On y retrouve des poissons et des oiseaux, des papillons et des libellules, des fleurs de cerisiers ou de pruniers, dans des couleurs éclatantes correspondant à un nuancier traditionnel. Plus sobres, les motifs stylisés reprennent cette inspiration millénaire et sont parfois très anciens malgré une apparente modernité. C’est le cas du célébrissime Seigaiha, composé de portions de cercles disposées les unes sur les autres et se chevauchant pour former ces fameuses « vagues de la mer bleue », que les stylistes et les designers d’aujourd’hui se sont largement appropriées. Citons aussi  Asanoha, ces « feuilles de chanvre » évoquant des diamants, ou Shippô, un motif de cercles entrelacés formant des ellipses. Passerelle entre tradition et modernité, issu d’une culture qui nous est à la fois exotique et familière, le design japonais n’a pas fini de nous emballer.

 

*Citation extraite de l’excellent ouvrage de Susie Hodge, Pourquoi est-ce un chef-d'œuvre ? , aux éditions Eyrolles.

Lanternes en papier d'Isamu Noguchi

Trouvez l'inspiration !