De la couleur sur vos murs !

Les conseils avisés d'un spécialiste

La couleur tendance du moment est-elle celle dont vous avez envie dans votre intérieur ? Entre les vitrines de la mode et de la déco, les vibrations ne sont pas tout à fait les mêmes. Explications avec Vincent Vallée, responsable du showroom de la marque de peinture anglaise Little Greene.

 

Combien de couleurs va-t-on jusqu’à préconiser dans un intérieur ?

Pour ce qui est de la peinture, on va rarement au-delà de trois couleurs dans une pièce sinon ça peut devenir très chaotique. Si la pièce est minimaliste, avec peu de meubles, on peut forcer en nombre et en intensité. Quoi qu’il en soit, dans une palette, il ne faut jamais oublier de compter les couleurs inhérentes à la pièce : matériaux, textiles, meubles, accessoires, etc.

 

Quelle est votre façon d’opérer dans le conseil couleur ?

C’est avant tout un travail d’équilibre entre une couleur assez douce pour la luminosité à hauteur de 60 %, un ton plus soutenu pour la personnalité et une couleur en accent pour l’originalité.

Pour ce qui est de la peinture, on va rarement au-delà de trois couleurs dans une pièce sinon ça peut devenir très chaotique. Si la pièce est minimaliste, avec peu de meubles, on peut forcer en nombre et en intensité. 

Ceci est un bleu céleste,

doux et orageux

Comment organise-t-on un fil couleur cohérent dans une maison ou un appartement ?

Si on décide de différencier les pièces, mon conseil est de travailler le fil couleur à partir du séjour, là où en général, on passe le plus de temps. De là, l’articulation de la couleur doit se faire dans la continuité en vue d’orchestrer son passage d’une pièce à une autre. Une approche en camaïeu de couleurs offre une atmosphère reposante et harmonieuse. Si la palette se joue sur l’intensité, autour d’une famille de couleurs chaudes ou disparates, le résultat aura plus de panache. Exemple, passer du bleu clair du séjour au vert moyen de l’entrée pour arriver à un bordeaux dans la cuisine. Pour dynamiser sans prendre trop de risque, on peut aussi faire courir une jolie teinte sur les boiseries (plinthes, entourages de portes…).

 

Comment la tendance en règle générale influe-t-elle sur le choix couleur ?

Si la plupart des gens s’inspirent de la lecture des magazines de déco récents, ou de nos propres associations, leur influence est très longue à impacter sur leur choix. Par exemple, cela fait bien longtemps que la presse parle de peindre les sols ou d’assimiler par la couleur murs et meubles quand il s’agit d’intégrer un placard ou des meubles sans grand intérêt. Dans la réalité, il faut compter 3 à 4 ans entre ce qui est montré et ce qui va être fait ! Les gens restent frileux par rapport à la couleur, ils ne cherchent pas à aller trop loin, ce ne doit être ni trop marqué, ni trop excentrique. Néanmoins, ça (les habitudes ou réflexes) évolue(nt) lentement mais sûrement. L’engouement pour le taupe est enfin terminé, le gris et ses variations ont pris la relève. On ne crie pas victoire mais presque !

 

Le bleu paon (Hick’s blue ou Marine blue chez vous) semble être la couleur phare de la tendance A/H ? Fait-elle partie de votre préconisation ?

C’est très rare qu’une couleur tendance s’affiche aussi facilement dans la déco.  Même si notre rôle consiste à faire émerger certaines couleurs et à « fabriquer » de nouvelles associations, la majorité des personnes choisissent des couleurs qui leur sont propres, sans être victimes de la mode du moment. Ces couleurs « branchées » s’affichent volontiers dans les endroits tendance, restaurants ou hôtellerie, car elles servent un style, une signature mâtinée d’originalité mais aussi parce qu’on ne vit pas dans ces endroits-là, on y fait que passer. Dans son propre intérieur, la quête est à des ambiances plus douces.

 

 

La couleur, c’est juste du plaisir, du bonheur, de la surprise. Il ne s’agit que de peinture sur les murs. Rien de dramatique en soi ! 

Ceci est un bleu paon, un bleu dense et minéral 

Quel message souhaitez-vous faire passer pour oser la couleur ? 

La couleur, c’est juste du plaisir, du bonheur, de la surprise. Il ne s’agit que de peinture sur les murs. Rien de dramatique en soi ! Il faut rendre le quotidien joyeux et amusant, s’autoriser à changer plus souvent. En France, on bouge sa déco tous les 6 à 10 ans contre 3 ans en Angleterre ! Le côté « j’ai peur de m’en lasser » n’est pas une bonne excuse. On se lasse en général des choses parce que l’on vieillit et croyez-moi, on peut se lasser d’un blanc comme on peut se lasser d’un rouge ! 

Comment la marque Little Greene orchestre-t-elle de nouvelles palettes ?

Cela fait partie de notre ADN que de bousculer le nuancier des couleurs historiques de la marque en l’associant à de nouvelles couleurs, dites contemporaines. Cette année, nous avons introduit le Leather (un rose soutenu), le Green Verditer (tonalité vert menthe) et l’Atomic Red (un rouge punchy). L’émergence pour ces nouvelles couleurs vient souvent d’une envie ou d’un phénomène observé par notre bureau de création. Elles ont pour objectif de rapporter de la modernité et de donner un nouvel allant aux couleurs neutres.  Si nous revendiquons un style néoclassique, chic et élégant, il est de notre ressort de toujours y ajouter une pointe d’impertinence.  

Pour résumer !

Le camaïeu comme fil conducteur. Les couleurs tendance s’affichent dans les endroits publics type restaurants ou hôtellerie où on ne fait que passer, car elles servent avant tout à imposer une signature. Ici celle d’Anne Gelbard

press to zoom

L'aplat et le motif. Les couleurs tendance s’affichent dans les endroits publics type restaurants ou hôtellerie où on ne fait que passer, car elles servent avant tout à imposer une signature. Ici celle d’Anne Gelbard

press to zoom

Sobriété et pointes acidulées. Les couleurs tendance s’affichent volontiers dans les endroits publics type restaurants ou hôtellerie où on ne fait que passer, car elles servent avant tout à imposer une signature. Ici celle d’Anne Gelbard, créatrice issue de la mode, qui signe les années 30 pour la décoration du nouvel Hôtel Meyerhold, Paris 9ème.

press to zoom

La couleur, c’est aussi les meubles, les accessoires, les sols… En peinture, la palette ne doit pas excéder 3 couleurs sinon ça devient chaotique.

press to zoom

Jeux de couleurs pour glisser d’une pièce à l’autre. Harmonie en contraste du Sky Blue et de Attic II

press to zoom

Le rose Leather joue de son intensité pour éclairer un vert kaki Invisible Green

press to zoom

Couleur tendance à la mode vintage, le Yellow Pink se valorise dans le contraste d’un gris anthracite Lamp Black

press to zoom

Ambiance lumineuse et personnalisée, réveillée avec un filet d’orange Marigold

press to zoom

Un contraste foncé/clair haut en couleurs, avec le Hicks’Blue et le Green Verditer

press to zoom