Cabinet de curiosités

Que faire de ses souvenirs de vacances et autres babioles absurdes mais adorées ?

Vous l'auriez juré, la dernière fois que vous avez soulevé cette valise, c'était encore d'une seule main. Que s'est-il passé pendant cette petite semaine, cette minuscule quinzaine, cet infime mois de vacances, pour que votre bagage poids plume se transforme en un semi-remorque ? 

Evidemment, vous avez bien ramassé quelques galets (oui mais des pièces uniques amoureusement polies par la Méditerranée puis décorés par les enfants), acheté cette reproduction en plâtre de la Vénus de Botticelli dont le sublime kitsch vous a tapé dans l'œil dans la boutique, et aussi puis ce(s) collier(s) multicolore(s) irrésistible(s), le coquillage géant, la maison des Cyclades en miniature (avec ses volets bleus), du sable dans un tube à essai et une poupée en costume local. Bref, ne cherchez plus : vous rentrez de vacances.

Frontispice de Musei Wormiani Historia montrant l'intérieur du cabinet de curiosités de Worm.

Kitsch, et alors ? 

Alors qu'allez-vous faire de cette cargaison d'objets hétéroclites, gorgés de soleil, certes, mais qui risquent de sacrément détonner dans votre intérieur chic et design ? Céder à la facilité et les cacher au fond d'un placard ou les disséminer pour mieux les oublier ?  Et pourquoi pas au contraire les assumer, en vous aménageant par exemple, comme les originaux de jadis, un mini cabinet de curiosités ?

 

Très à la mode aux XVII et XVIIIe siècles, ces petits musées personnels regroupaient des objets étranges et inédits — antiquités ou éléments naturels, pièces de monnaie ou coquillages —, comme des collections baroques.

 

Bon, rien ne vous oblige à chiner des salamandres empaillées ou de l'ivoire de contrebande, mais vos fameux galets décorés sauront donner une touche décalée à cette Vénus de toute beauté ornée de vos colliers exotiques et entourée de coquillage géants. Du pur do it yourself version kitsch assumé !

 

Ne nous méprenons pas, « assumé » ne signifie pas « au milieu du salon ». C'est au contraire dans la discrétion que votre petit musée imaginaire prendra tout son charme fantaisiste. Il doit accrocher l'œil sans monopoliser les regards : c'est par hasard qu'on croisera votre autel baroque, dans la vitrine d'un bureau impeccablement organisé ou sur l'étagère d'une salle de bain design et fonctionnelle.

 

Jouez le jeu et n'hésitez pas à le transformer et l'enrichir au gré de vos découvertes et des saisons : des marrons ou une feuille d'automne, un papillon naturalisé, un joli bibelot trouvé dans une brocante ou tout simplement dans le grenier...

 

Comme son nom l'indique, le cabinet de curiosités étonne, détonne, décale, mais en toute délicatesse. Il intrigue et fait sourire sans faire douter de votre goût parfait : un équilibre subtil mais qui donnera à votre intérieur toute sa personnalité.

Intriguer sans choquer